Les origines

La première idée, le premier roman

Peu avant Noël 2016, j’ai cette révélation (merci au père Noël ?) d’écrire un roman contant les aventures d’un certain Tix. Un gars (ou plutôt un être, un type quoi), provenant du fin fond de l’univers. Quelque part, il découvre une partie de l’univers étrange dans lequel il s’est aventuré fortuitement.

Un mois plus tard, j’interromps les 50 pages déjà écrites au profit de Guíshen, humble herboriste né en 1592. Il me poussait tant à l’écrire qu’en sept semaines, l’ensemble de l’histoire De Vies à Trépas était couché par ma plume moderne, mon clavier. Il y eut une pointe de 12 000 mots en une journée ! soit 10 % (hors les deux semaines de synopsis).

Vous naviguerez dans bien des pays au travers des 100 000 mots (amplifiés depuis à plus de 120 000 mots, soit 480 pages) d’aventures du présent de 1979 et des vies antérieures de Guíshen devenu Sophie en cette année de grâce de 1979. J’y introduis une uchronie (utopie-anté-chronologique, quelque chose qui se produit et dont nous ne l’avions pas vécu dans notre piste spatio-temporelle). Tout cela marque le début de la saga L’immortalité passe par la mort.

Je souhaite que vous vous « éclatiez » en lisant (comme disent les d’jeunes) au moins autant que moi en l’écrivant.

Cela me rappelle qu’une lectrice m’a montré deux ou trois passages qui l’ont fait bien rire. Curieusement, je ne trouvais pas ces passages particulièrement amusants. Comme quoi, je ne dois pas me retenir de vous faire partager ces instants de découvertes et d’échanges (n’hésitez pas à  ! j’aurai plaisir à avoir de vos nouvelles). D’autres passages, oui, il y en a de très sympas qui me font rire chaque fois que je relis le pittoresque de la situation !

La saga

De fils en aiguilles, le tome 2 émergea très vite. Alors, le titre du tome 1 devint celui de la saga puis je le sous-titrai De Vies à Trépas.

Quant au tome 2, Obsolescences Programmées, il extrapolera les préoccupations actuelles en une dystopie (utopie qui dysfonctionne). Sa période couvrira les années 2025 à 2081 et amplifiera notre futur dont le présent n’est guère réjouissant (tout va pourtant bien ! ? n’est-ce pas ?).

Ce qui nous amènera à l’année 2591 dans le tome 3, Terrarque. Le seigneur, le roi, le monarque terrestre gouvernera sous une technologie humaine et humanisante. Cette humanité commencera à s’implanter dans tout le système solaire.

Le tome 4… l’idée gravite, elle patiente en attendant. Mais ce sera la proche banlieue… du système solaire. Des idées-clés sont présentes. Une approche unique dont vous aurez les préliminaires dans le tome 2. Ce sera amplifié pour émouvoir et agrandir notre for intérieur !

Les thèmes abordés

Du fantastique, avec humour et réflexions, d’amours nouvelles (impossible de me retenir d’en écrire ! surtout celle du tome 2 et 3, unique en son genre, l’approche n’a sans doute pas été imaginée aussi inattendue que cela, je l’espère, mais peu importe), nous émigrerons vers un futur de sciences (spéculatives), de futur et de fiction, que ce soit sociologique, d’économies planétaires et de manipulations mentales. Quant à la politique abordée dans le tome 3, elle sera une tentative vers un nouveau monde. Plausible ? Il semblera plus sain aux premiers abords…